Course pieds nus

Est-il plus bénéfique de porter une paire de chaussures de course quand on va faire un jogging, ou de courir pieds nus ? Le débat est controversé dans le milieu du running. Voyons ce qu'en pense la science.

Au cours des dernières années, la course pieds nus est passée d'un passe-temps excentrique à une véritable tendance sportive. Et au petit nombre d'adeptes de cette pratique s'est ajouté un nombre beaucoup plus grand de coureurs qui ont adopté des chaussures minimalistes.

Les partisans soulignent que le corps humain est adapté pour se déplacer sans chaussures. Couvrant l'une des parties les plus flexibles et sensibles du corps, elles déforment le mouvement naturel de la foulée et empêchent le développement musculaire des pieds. Au lieu d'effectuer gracieusement de grandes enjambées et de se réceptionner sur le milieu ou l'avant du pied, les chaussures de course nous ramènent au sol avec un amorti sur les talons. Des décennies d'innovation dans l'industrie de la chaussure de sport ont mené à des chaussures plus grandes qui, plus protectrices, affaiblissent les pieds et nous rendent incapables de courir de la façon pour laquelle nous sommes naturellement adaptés.

Le camps adverse, qui comprend quand même la majorité des coureurs, souligne les avantages dans le port de chaussures. Les progrès dans la conception peuvent prévenir de problèmes comme la pronation (la cheville qui se déroule vers l'intérieur à chaque foulée) menant à des blessures comme la périostite tibiale. Si vous avez couru toute votre vie avec des chaussures, courir pieds nus nécessite de modifier radicalement votre foulée, ce qui se traduit souvent par d'autres blessures. Et, de manière plus fondamentale, les chaussures nous protègent des morceaux de verre, clous et autres débris dangereux se trouvant sur les routes et les trottoirs.

Alors que dit la science ? Eh bien les résultats sont mitigés. Une chercheuse, Carey Rothschild, a publié une étude sur le sujet en déclarant : « La recherche n'est vraiment pas concluante pour déterminer si une pratique est meilleure que l'autre. Il n'y a pas de solution parfaite. »

Certains résultats de l'étude vont dans le sens des coureurs pieds nus. Ces derniers sont en effet plus susceptibles de se poser sur le milieu ou la point des pieds, en évitant l'effet néfaste de la réception sur le talon. Des recherches antérieures ont montré que l'atterrissage sur le talon génère des impacts qui sont équivalents à plusieurs fois le poids du corps. Ces impacts, qui se produisent environ un millier de fois par kilomètre, conduisent à des blessures aux genoux, aux hanches et ailleurs. Les baskets de running incitent à ce choc en raison de l'épaisseur sous le talon prévue pour l'amortissement et à peu près 75 % des gens courent de cette façon.

Cependant, il y a des aussi des dangers à courir pieds nus, et ils proviennent principalement des coureurs qui tentent trop rapidement de changer leur foulée après avoir été habitués à utiliser des chaussures fortement rembourrées. Lorsqu'un coureur décide de se passer de chaussures, son corps ne peut pas subitement changer de démarche. Le déplacement du poids du corps loin des talons peut engendrer des fractures de fatigue sur la partie avant du pied et une douleur dans les mollets. Pourtant, 42 % des participants à l'étude n'ont pas rapporté d'effets négatifs lors de leur changement d'habitude.

« Il existe des moyens pour rendre cette transition plus douce» dit-elle. Avant de se passer de chaussures, elle recommande un examen physique complet et une évaluation biomécanique par un physiothérapeute. Ensuite, le passage au nu-pieds devrait être progressif et idéalement mené avec l'aide d'un entraîneur. Les coureurs peuvent commencer par une alternance de courtes courses pieds nus avec de plus longues courses avec chaussures, ou en utilisant des chaussures minimalistes, des chaussures plus légères avec moins de rembourrage qui offrent un moyen de se soulager dans la course pieds nus.

Pour ceux qui envisagent se convertir à la course pieds nus, la chose la plus importante est donc d'y aller lentement, même si cela peut sembler contre-intuitif dans un sport où la vitesse est si importante.

Publié le | 2 539 vues | Par Partenaire Sport

Connexion